newsletters favoris contact
 
newsletter favoris contact
CARTE DE L'ETAPE


ÉTAPE 7 : ZOUÉRAT > TICHIT -- Retour parcours complets

Jeudi 6 janvier 2005 Liaison : 9 km - Spéciale : 660 km Total : 669 km

Les habitués ne pourront pas se fier à leur connaissance fine de la région, le parcours étant en grande partie inédit. En moto, le départ sera donné en ligne, par vagues de 20 machines. Jusqu'à la passe trialisante de El Ghallâouîya, entre deux falaises, les pilotes traversent des plaines ainsi que quelques cordons de dunes. Le programme comprend ensuite le passage de l'El Mrayer, le " miroir ", une série de petits ergs, puis une centaine de kilomètres d'herbe à chameaux, avec au bout l'obligation de trouver une passe, seul moyen d'accès à l'oasis de Tichit ! En arrivant, seuls les ravitaillements sont autorisés, les véhicules étant ensuite placés en Parc Fermé. Les " vraies " étapes marathon font leur Retour parcours complets sur le Dakar.

 

COMMUNIQUE FINAL ASO

Peter » prend la main


Chez les motos, David Frétigné remporte à Tichit sa sixième étape sur le Dakar, la troisième cette année. Marc Coma, 2ème de l'étape, prend la tête du classement général. Sur quatre roues, large victoire d'étape pour Stéphane Peterhansel qui prend les commandes du rallye avec, déjà, une avance confortable

Le rallye-raid, et particulièrement le Dakar, est une discipline où certains apprennent plus vite que d'autres. David Frétigné, qui s'était jusqu'ici révélé comme le maître des spéciales super-courtes, confirme sur la spéciale la plus longue de ce Dakar 2005 son coup d'éclat de l'année dernière à Ayoun-el-Atrous. Pour sa deuxième participation, Frétigné a dores et déjà prouvé avec ce succès à Tichit qu'il a à la fois les capacités de pilotage, le sens tactique et, plus surprenant encore, la moto nécessaires pour s'imposer sur le Dakar. Rares sont ceux qui auraient parié aujourd'hui sur le pilote Yamaha au lendemain d'une étape où les Meoni et Despres avaient livré une démonstration pertinente des vertus de l'expérience dans le désert. Pour autant, le champion du monde d'enduro a profité d'un tracé, avec notamment beaucoup de « technique » sur la fin, où sa monture peut rivaliser sans complexe avec les grosses cylindrées des pilotes KTM.

Frétigné a également montré qu'il avait assimilé les notions de prudence et d'attente sur cette étape, où le jeune Kellon Walch a impressionné pendant les 250 premiers kilomètres, signant les deux meilleurs temps aux CP1 et 2. A bout de souffle, le jeune espoir américain, qui a gagné sa participation au Dakar dans un concours national, n'a physiquement pas tenu le rythme dans la dernière partie du parcours, terminant au final à près de vingt minutes de Frétigné. Les traditionnels « tauliers » de chez KTM - Gauloises, Despres, Meoni et Cox, ont pour leur part passé l'essentiel de la journée dans un groupe de 5 motards où ils étaient accompagnés d'Ullevalster et de Caldecott. Même en groupe et avec la science de Despres pour « faire la trace », ces compagnons de route de circonstance n'ont pas empêché Marc Coma de se montrer le plus rapide après Frétigné. L'Espagnol reprend la tête du classement général avec 16 secondes d'avance sur Despres. La hiérarchie de la catégorie est des plus incertaines puisque les six leaders du rallye se tiennent en moins de 9 minutes !

La question de l'incertitude du résultat final de la course auto est en revanche en partie évacuée par le récital de Stéphane Peterhansel entre Zouerat et Tichit. Parti en première position, ce qui ne constitue pas nécessairement un avantage dans les étapes qui exigent des choix décisifs en navigation, le tenant du titre a creusé l'écart sur ses poursuivants durant toute la journée. Au total, son avantage sur le plus rapide d'entre eux, Nasser Al Attiyah au volant d'un X3 BMW, gonfle à 25'40'', le tenant du titre affirmant pourtant « avoir ménagé au maximum la voiture ». La bonne prestation du pilote Qatari sur le X3 BMW que conduisait Luc Alphand l'an dernier, a le mérite de mettre en lumière la bagarre pour la deuxième place au général, qui est d'ailleurs occupée pour le moment par l'ex-champion de ski. Mais la nouvelle recrue de chez « Mitsu » n'est pas seule puisque avec Jutta Kleinschmidt et donc Al Attiyah, à qui il faudra s'habituer dans l'avenir, trois pilotes prêts à attendre la faute de « Peter » se tiennent en moins de 2'30''.

La bataille en tête devra pourtant se passer de quelques cadors qui étaient attendus en deuxième semaine : Vatanen avait commencé à gâcher toutes ses chances de victoire hier, il a continué aujourd'hui en restant bloqué plusieurs heures avant le CP 1 à cause d'un problème mécanique. Gordon, qui était parti en tonneau la veille, s'enfonce encore dans les profondeurs du classement. Côté acrobaties, il a été imité par Kenjiro Shinozuka, vainqueur en 1997, qui a fini l'étape en hélicoptère : en plus d'un véhicule hors d'usage, son copilote Pascal Maimont souffre de douleurs lombaires et cervicales. Enfin, Jean-Louis Schlesser, sur qui beaucoup avaient misé en tant qu'alternative solide à « Mitsu », sort du jeu de la gagne après avoir passé l'après-midi à attendre son assistance devant le Fort de Gallaouiya. Bel endroit pour une défaite.


www.dakar.fr

 

retour


Réalisation : Graphiq-web.com