newsletters favoris contact
 
newsletter favoris contact
CARTE DE L'ETAPE


ÉTAPE 5 : AGADIR > SMARA -- Retour parcours complets

Mardi 4 janvier 2005 Liaison : 240 km - Spéciale : 381 km - Liaison : 33 km Total : 645 km

Avant de s'attaquer à la première longue spéciale, la mise en action s'effectue sur une route goudronnée jusqu'à Guelmin. Le début du secteur sélectif, à travers les collines, autorise de grandes vitesses mais les pistes qui suivent, très caillouteuses, forceront les pilotes à réduire l'allure. On franchit ici un nouveau palier dans la difficulté. La suite de la spéciale propose une alternance de passages lents et rapides, sur une piste majoritairement sinueuse. Cette deuxième moitié, nouvelle pour tous les concurrents, s'achève sur un très long chott. Des possibilités de creuser des écarts se présenteront dès cette étape.

 

COMMENTAIRES

"UNE VRAI LONGUE ETAPE MAROCAINE"

Après nos déconvenues des derniers jours, l'objectif est de rouler à un bond rythme et de récupérer le temps perdu. Dès le début nous attaquons, James me fait une naviguation parfaite. Au CP1 nous gagnons 30 places, et au CP2 40 places. Nous décidons de continuer sur notre lancée malgré un terrain dangereux et cassant. (Belmondo et Lassere sont sur le toit et leurs autos sont détruites. Malheureusement nos pneus ne résistent pas au rythme et la première crevaison du rallye intervient. 10 minutes de perdues pour changer la roue et 500 mêtres plus loin deuxième crevaison. Echaudés nous baissons de rythme (nous n'avons plus qu'une roue de secours) et suivons un vieux briscard du Dakar Etienne SMULEVICI qui nous donne le bon tempo jusqu'à l'arrivée.

Superbe journée, du plaisir en pilotage et en navigation et trente places de grapiller au classement général.

TOP...

Même si nous ne jouons pas le classement, remonter dans les cents premiers nous permet surtout de moins rouler de nuit.

Vivement demain !

CLASSEMENT SPECIAL
CLASSEMENT GENERAL
CLASSEMENT 1ERE PARTICIPATION

97

92

12

 

COMMUNIQUE FINAL ASO

Du bout du monde


Andy Caldecott a remporté à Smara sa première victoire d'étape sur le rallye, alors que Marc Coma, 2ème à trois secondes aujourd'hui, prend la tête du classement général. En voiture, Colin Mc Rae signe sa deuxième victoire d'étape du rallye et prend lui-aussi la tête du général. En camions, Tchaguine remporte l'étape et conserve le leadership en bénéficiant du retournement du camion de G. De Rooy.

Malgré la notoriété de motard confirmé qu'il a acquise en Océanie, Andy Caldecott (KTM – n° 23) reste un pilote discret et encore peu reconnu du grand public sur la scène européenne et internationale. A partir d'aujourd'hui, l'élite des spécialistes du rallye-raid, qui avait tout juste entrevu la menace Caldecott l'an dernier sur le Dakar, apprendra à se méfier de ce grand gaillard de 40 ans. Ceux qui ont assisté à la fin de son rallye en 2004, lorsqu'il s'était notamment classé 3ème de l'étape de Tan Tan avant de se briser une cheville le lendemain, avaient déjà pu juger de son sang-froid et de sa détermination : avec le plus grand calme, il avait terminé l'étape en serrant les dents, quittant la caravane à pas feutrés mais en promettant tout de même de revenir. Alors rien de surprenant, finalement, de recroiser Caldecott à la fête sur un profil de spéciale qui correspond à la fois à son physique et à son attitude en course.

L'anonymat dans lequel Caldecott a débarqué tranche précisément la folie qu'a entouré l'équipe KTM – Repsol à l'occasion du grand départ de Barcelone. C'est probablement là que Marc Coma a puisé une partie de l'énergie nécessaire pour frôlé le succès d'étape (seulement 3'' de moins que Caldecott) et surtout pour prendre la tête du classement général. Sa joie sera toutefois atténuée par la chute violente de son jeune ami et grand espoir espagnol Jordi Duran, qui quitte le rallye avec le fémur et une clavicule cassés.

Côté Français, les deux ex-meneurs du classement général, David Frétigné et Cyril Despres, ont cédé leurs places en raison d'incidents de course qui ne portent pas vraiment à conséquence, l'ampleur de la déroute n'étant pas compromettante pour la suite du rallye. En fait le pilota Yamaha a tout simplement commis une faute de navigation qui lui a fait faire un détour de 8 km mais n'atteint en aucune mesure son enthousiasme : « Je suis vraiment ravi parce que cette moto est un véritable bonheur à piloter. Et sur une étape de ce genre j'aurais pu m'attendre à perdre une demi-heure sur le vainqueur, alors ça va ». Cyril Despres a pour sa part connu des problèmes de compteur kilométrique qui l'ont privé d'informations fiables pour la navigation. 3ème au général, il est toutefois toujours en course.

En autos, la chance n'a pas souri au Français le plus titré de l'histoire du Dakar. Stéphane Peterhansel, qui avait entamé le rallye avec la régularité qui le caractérise, a mis 24'44'' de plus que le vainqueur Colin McRae, pour terminer une spéciale rendue cauchemardesque par des crevaisons à répétition. Son coéquipier Hiroshi Masuoka n'a pas été beaucoup plus en veine puisqu'il a perdu plus de deux heures en raison de problèmes mécaniques.

La relative déroute du jour chez les « Mitsu » s'accompagne comme dans un jeu de vases communicants d'une journée ensoleillée chez Nissan avec la deuxième victoire de McRae cette année, la quatrième en deux ans. Sur un tracé beaucoup moins adapté à son passé de pilote WRC que celui de la spéciale de Grenade, l'Ecossais a été plus rapide que son coéquipier Giniel De Villiers de plus de 6 minutes. Il prend ainsi la tête du classement général avec 5'28'' d'avance sur De Villiers, 6'00'' sur Alphand. De quoi nourrir des ambitions de plus en plus légitimes de victoire finale.

La course des camions a vu un retournement de situation entre le CP 3 et l'arrivée finale de la spéciale : au km 310, le Néerlandais Gerard De Rooy, qui comptait alors plus de 15 minutes d'avance sur son père, et surtout 17 minutes sur le leader au général Vladimir Tchaguine, a retourné son camion sur le côté. Suite à cette erreur de pilotage, le fils De Rooy a perdu son avantage, vu passer son père qui a continué sa route après avoir évalué les dégâts et laissé filer Tchaguine vers une deuxième victoire d'étape en deux jours. Andre de Azevedo est 2ème de l'étape avec 1'46'' de plus que le Russe, Karel Loprais est à 4'26''.


www.dakar.fr

 

retour


Réalisation : Graphiq-web.com