newsletters favoris contact
 
newsletter favoris contact
CARTE DE L'ETAPE


ÉTAPE 14 : KAYES > TAMBACOUNDA -- Retour parcours complets

Vendredi 14 janvier 2005 Liaison : 93 km - Spéciale : 529 km - Liaison : 8 km Total : 630 km

C'est de Sadiola, au Mali, que sera lancé le chronomètre, direction plein sud le long de la frontière sénégalaise. La piste en latérite rétrécit peu à peu pour mener à un paysage de savane aux environs de Satadougou. C'est là que le rallye traverse la rivière Falémé, qui reste dans la mémoire des plus anciens concurrents un lieu chargé d'histoire, symbole de l'entrée au Sénégal et d'arrivée toute proche. La piste qui conduit à Tambacounda alterne paysages de brousse, passages dans les villages et baignades éclair dans de petites rivières en pays Soninké.

 

COMMUNIQUE FINAL ASO

Première pour De Azevedo, 51ème pour Vatanen


Souvent placé, Jean De Azevedo a signé la première victoire de sa carrière sur le Dakar devant David Frétigné. En autos, il s'agit en revanche du 51ème succès pour Ari Vatanen, Peterhansel conservant la tête du général.

Avec l'entrée au Sénégal, le soleil a fait sa réapparition sur le rallye après une grosse semaine d'inexplicable grisaille sur la Mauritanie puis le Mali. C'est peut-être cet adoucissement du climat qui a inspiré Jean De Azevedo, auteur aujourd'hui de la première victoire brésilienne à moto sur le Dakar, son frère Andre en ayant déjà accroché neuf en camion. Il s'agit également de la victoire d'étape la plus serrée de la partie africaine du rallye puisqu'après 518 kilomètres de course, De Azevedo ne compte que 10' d'écart sur David Frétigné.

A force de revivre le scénario de la victoire d'étape qui lui file entre les doigts, le pilote Yamaha pourrait d'ailleurs commencer à cultiver un brin de frustration et d'énervement par rapport aux grosses KTM, qui promettent de lui rejouer la même blague assez longtemps sur ce type de spéciale. Comme la veille, le champion du monde d'enduro est en effet passé au dernier CP avec plus d'1'30'' d'avance sur son premier poursuivant, qui était alors Chris Blais. Mais la dernière portion de la spéciale, beaucoup plus roulante, a permis (comme hier à Caldecott !) à Jean De Azevedo de faire parler la pointe de vitesse de sa 660 pour coiffer sur le fil David Frétigné. Derrière, l'Américan Chris Blais confirme lui-aussi ses bonnes dispositions de la veille avec seulement 23'' de plus que De Azevedo. Le leader du classement général Cyril Despres, qui a manifestement géré son avance aujourd'hui, pointe à 7' mais garde une marge de 12' sur Coma, 5ème de l'étape. Le leader du classement général Cyril Despres, qui a manifestement géré son avance aujourd'hui, pointe à 7' mais garde une marge de 12' sur Coma, 5ème de l'étape. C'est tout du moins ce qu'il croyait avans que dans la soirée, le jury des commissaires publie la liste des pénalités pour excès de vitesse. A ce titre, Despres écope de 9 minutes de pénalité (30 secondes par km/h d'infraction), son avance sur Marc Coma se réduisant à 3'16''. Les choses se compliquent.

La course autos peut être considéré comme un modèle de tactique de la part de l'écurie Nissan, un modèle de pilotage de la part de Vatanen. Le Finlandais, quadruple vainqueur de l'épreuve, partant en 9ème position, a eu la possibilité de jouer la victoire d'étape en même temps qu'il continuait de respecter son rôle de porteur d'eau Giniel De Viliers, 4ème au classement général. La prestation de Vatanen a peut-être été facilitée par le fait que les Mitsubishi de « Peter » et Alphand ne souhaitaient rien tenter pour la victoire d'étape. Mais le virtuose du volant a tout de même doublé dans l'ordre Monterde, Sousa, Kleinschmidt, Roma, Magnaldi et enfin Alphand et Peterhansel avant de se retrouver en position de secouriste de luxe pour son coéquipier.

L'opération aurait pu être encore plus belle pour Nissan si Jutta Kleinschmidt avait été un peu plus « poissarde » qu'elle ne l'a été. Au kilomètre 268, l'Allemande a en effet été contrainte de s'arrêter après avoir cassé la direction de son Volkswagen Race Touareg. Son coéquipier Robby Gordon, qui à ce stade de la course semblait être le seul e mesure de disputer le scratch à Vatanen, s'est arrêté pour dépanner et surtout céder les pièces nécessaires à Klenschmidt pour qu'elle puisse défendre sa place sur le podium final. Le matelas de 2h45'' d'avance qu'elle avait sur De Villiers a légèrement fondu et Gordon passe peut-être, nul ne le saura, à côté d'une troisième victoire d'étape, mais l'essentiel est sauvé pour Volkswagen.


www.dakar.fr

 

retour


Réalisation : Graphiq-web.com