newsletters favoris contact
 
newsletter favoris contact
CARTE DE L'ETAPE

ÉTAPE 1 : BARCELONE > BARCELONE -- Retour parcours complets

Vendredi 31 décembre 2004

Liaison : 6 km - Spéciale : 4 km - Liaison : 8 km Total : 18 km

C'est à une Super Spéciale que vont assister les Barcelonais sur ce parcours dédié au spectacle. Pour la première fois, la Super Spéciale ne sert pas uniquement à établir l'ordre de départ de l'étape du lendemain, les écarts enregistrés étant effectivement pris en compte pour le classement général du rallye. Sur les 4 km du parcours, dont une partie sur la plage à Barcelone, une casse mécanique pourrait déjà porter à conséquence ! Les malles moto ne seront pas présentes.

 

COMMENTAIRES

" EVITER DE PARTIR A LA FAUTE"

Beaucoup de stress pour cette première spéciale spectacle.

L'ambiance est particulière, il faut se faufiler avec la voiture à travers une marée humaine (idem au Tour de France)

Nous partons sur la spéciale avec 4 minutes de retard, car le nombre de spectateurs et les embouteillages à 300 mêtres de la ligne de départ sont inimagineables.

Enfin sur la grille de départ 5,4,3,2,1 PARTEZ ....

La spéciale est très piégeuse , le sable extrèmement mou, nous avons d'ailleurs dégonflé à 800 grammes. Et puis l'enfer le buggy cale 4 fois (coupure moteur), nous frisons la correctionnelle en évitant de justesse les ensablements donc la perte de temps.

Première spéciale très moyenne, nous sommes 129 sur 166. Le Dakar est long, on a tout le temps de récupérer les 4 ou 5 minutes de perdus.

CLASSEMENT SPECIAL
CLASSEMENT GENERAL
CLASSEMENT 1ERE PARTICIPATION

129

129

18

 

COMMUNIQUE FINAL ASO

Le débarquement américain


Devant une foule de plus de 200 000 Barcelonais massés sur la plage de Castelldefels, les 463 véhicules en course (230 motos, 164 autos et 69 camions) ont démarré la compétition en disputant une super spéciale de 6km. David Frétigné s’impose devant Despres à moto, Robby Gordon remportant la première victoire d’un Américain sur le Dakar en auto. En camions, le Hollandais Bekx signe le meilleur temps.

La bataille attendue a eu lieu. La Yamaha deux roues motrices de David Frétigné (YAM – n° 12) avait déjà donné des gages très sérieux de compétitivité en remportant deux spéciales rapides l’année dernière à Narbonne, et surtout Castellon sur un terrain très similaire à celui de Castelldefels. Elle s’est encore imposée. Et comme en 2004 lors des deux premiers succès de Frétigné sur le Dakar, le premier poursuivant est encore une fois Cyril Despres (KTM – n° 2), confirmant l’impression déjà nette que les duels entre les deux motards pourraient se reproduire longtemps sur ce type d’entrées en matière.

Humilité et prudence restant les deux maîtres-mots pour aller vite et loin sur le Dakar, le premier leader du classement général ne s’enflamme pas pour autant : « l’important pour moi était de faire une spéciale propre et de ne pas tomber. J’ai donc fait très attention, ce qui n’était pas facile, le sable de cette plage étant particulièrement mou », expliquait Frétigné à l’issue de sa course. Accordant finalement aussi peu d’importance à sa 2ème place, Cyril Despres faisait retentir un son de cloche avoisinant : « J’ai fait une bonne spéciale, surtout pour une mise en jambes. Cela fait plaisir de remonter sur une moto après presque un mois et demi sans piloter ».

Tout le monde ne peut pas en dire autant au sein de l’équipe KTM – Gauloises. Victime d’une légère chute, Alfie Cox (KTM – n° 3) était d’ailleurs certainement plus fou de rage à l’idée de débuter le rallye avec une épaule douloureuse qu’en raison de sa 49ème place sur l’étape inaugurale. La palme de la malchance revient toutefois à l’Italien Giovanni Sala (KTM – n°14), qui a franchi la ligne d’arrivée en poussant sa machine après un problème mécanique.

Au rayon des sourires, le prologue est traditionnellement l’occasion de découvrir de nouveaux talents. Nul ne peut encore prédire l’avenir, mais le jeune américain de 21 ans Kellon Walch (KTM – n° 21), sélectionné par l’équipe KTM-Redbull par un concours organisé sur tous les Etats-Unis, s’est révélé au grand public pour sa première participation en se classant 5ème.

Un vent d’ouest a également soufflé sur la compétition en quatre roues, Robby Gordon (VW – n° 317) entrant même de plain-pied dans la légende en devenant le premier Américain à remporter une étape en auto. Chuck Stearns avait déjà montré la voie à moto en s’imposant sur six étapes dans les années 80, suivi par Laporte lors du Paris – Le Cap en 1992, mais aucun « yankee » n’avait jusqu’alors trouvé la faille en voiture. Sans réaliser la portée de sa prestation, Gordon était en tout cas réjoui de cette première expérience : « J’étais très excité au départ, mais tout s’est bien passé. C’était très sympa, surtout avec autant de public. C’est une grande chance pour moi d’être là », s’enthousiasmait l’ex-vainqueur des 24 heures de Daytona.

Les deux poursuivants sur le podium de l’étape, beaucoup plus attendus à cette place, sont Hiroshi Masuoka (MIT – n° 309) et Giniel De Villiers (NIS – n° 314), fidèles des places d’honneur sur le Dakar. Bruno Saby (VW – n° 307), ex-vainqueur 1993, se classe 4ème au volant du même Race Touareg diesel que Robbie Gordon, donnant ainsi quelques assurances supplémentaires à l’équipe VW quant à la compétitivité de ses véhicules.

La course camions a démarré par une première victoire d’étape de Hans Bekx (DAF – n° 524) sur le Dakar devant Firdaus Kabirov (KAM – n° 520) et son compatriote Jan De Rooy (DAF – n° 521).

www.dakar.fr

 

retour


Réalisation : Graphiq-web.com